Électro-lettres de la DPS

partager cette page

Numéro 243



ÉLECTRO-LETTRE DE LA DPS

  

Direction Prospective et Statistiques

Rectorat de Lyon, 92, rue de Marseille,
69007 Lyon
04 72 80 64 32

Abonnez-vous à « Électro-lettre », la lettre d'information de la DPS

Vous pouvez aussi résilier  votre abonnement ou faire des commentaires.

60 700 élèves allophones en 2016-2017 : 90 % bénéficient d’un soutien linguistique DEPP
Les élèves allophones nouvellement arrivés sont scolarisés à 93 % en école élémentaire, en collège ou en lycée. Ayant des besoins éducatifs particuliers dans le domaine de l’apprentissage du français langue seconde (FLS), ils bénéficient alors, pour la plupart, d’un soutien linguistique au sein d’une classe ordinaire ou dans une unité pédagogique (UPE2A). Les jeunes non scolarisés sont, soit pris en charge par les Missions de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS), soit en attente d’une affectation dans un établissement.
Mots-clés :     allophones  - effectifs  - Enquête EANA   4 pages

CEDRE 2006-2012-2017, histoire, géographie, enseignement moral et civique en fin d'école primaire : stabilité des résultats depuis onze ans DEPP
Les évaluations CEDRE en histoire-géographie et enseignement moral et civique auprès des élèves de CM2 montrent que près de six élèves sur dix détiennent les acquis attendus en fin d’école et que 15,4 % des élèves sont en très grande difficulté. Les garçons sont plus performants que les filles et les résultats restent liés au niveau social des écoles. La majorité des élèves déclarent aimer ces disciplines et participer en classe.
Mots-clés :     CEDRE  - primaire  - histoire-géographie  - CM2  - performances   4 pages

CEDRE 2006-2012-2017, histoire, géographie, enseignement moral et civique en fin de collège : un progrès global des acquis des élèves après une baisse constatée en 2012 DEPP
Les évaluations CEDRE en histoire-géographie et enseignement moral et civique auprès des élèves de troisième font apparaître, par rapport à 2012, une baisse de la proportion d’élèves en difficulté (17,3 %) et une hausse de la proportion d’élèves en réussite. Le niveau de performance des filles a particulièrement progressé, atteignant presque le score moyen des garçons qui était plus élevé en 2012. L’étude confirme la forte influence de l’origine sociale des élèves sur leurs performances scolaires.
Mots-clés :     CEDRE  - secondaire  - histoire-géographie  - collège  - performances   4 pages

L'Europe de l'éducation en chiffres 2018 DEPP
Cette publication présente une soixantaine d’indicateurs sur l’éducation au sein de l’Union européenne. Ces indicateurs concernent l’environnement économique et social des familles avec enfants, les différents systèmes éducatifs et leurs performances, les dépenses d’éducation, les caractéristiques des enseignants et les retombées économiques et sociales de l’éducation.
Mots-clés :     Europe  - éducation  - performances  - dépenses   87 pages

Le baccalauréat 2018 - Session de juin DEPP
À la session du baccalauréat de juin 2018, le taux de réussite global (88,3 %) est légèrement supérieur à celui de 2017 (+ 0,4 point). Les taux de réussite au baccalauréat général et au baccalauréat professionnel (91,1 % et 82,6 %) sont en hausse par rapport à celui de 2017 (+ 0,4 point et 1,1 point). Celui du baccalauréat technologique (88,9 %) perd 1,6 point. La part des bacheliers dans une génération gagne 1,3 point par rapport à 2017 et atteint 79,9 % en 2018.
Mots-clés :     secondaire  - baccalauréat - performances   4 pages

L'avancement de grade des enseignants-chercheurs : promotions nationales et locales. Bilan de la campagne 2017 (hors avancement spécifique) SIES
Les taux de candidature des enseignants-chercheurs promouvables à un avancement de grade ont baissé entre 2010 et 2017 quel que soit le grade. En 2017, un tiers des enseignants-chercheurs promouvables à un avancement de grade ont été candidats. Parmi eux, 45 % ont été promus. Les femmes sont moins souvent candidates que les hommes mais sont plus fréquemment promues.
Mots-clés :     supérieur  - avancement - enseignants-chercheurs   4 pages

Orientation dans l'enseignement supérieur : les vœux des lycéens dans Parcoursup pour la rentrée 2018 SIES
En moyenne, un candidat a émis 7,4 vœux sur la plate-forme Parcoursup. Si la licence reste la filière la plus souvent demandée, on observe, par rapport à la campagne APB 2017, un report des vœux de Licence principalement vers la STS. La STS est la formation la plus choisie parmi les candidats de la filière professionnelle (84 % de la liste de vœux) et ceux de la filière technologique (54 %). Ces derniers demandent aussi fortement les formations en IUT (19 %).
Mots-clés :     supérieur  - orientation  - Parcoursup    2 pages

Les effectifs universitaires en 2017-2018 SIES
Les effectifs augmentent moins fortement que l’année dernière en cursus licence (+ 1,6 %) et en cursus master (+ 0,5 %) et poursuivent leur baisse en cursus doctorat (- 0,7 %). Les inscriptions d’étudiants repartent à la hausse en droit mais diminuent en économie, gestion et A.E.S. En sciences, après trois années de hausse soutenue, les inscriptions de nouveaux entrants se stabilisent (- 0,2 % hors CPGE). Les effectifs de nouveaux entrants en santé augmentent légèrement (+ 0,4 %).  
Mots-clés :     supérieur  - université  - effectifs    2 pages

Les effectifs en ESPE en 2017-2018 SIES
Le nombre d’étudiants dans les Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education se stabilise (- 0,2%), malgré une baisse des inscriptions en première année (- 2,5 %). Les ESPE restent très féminisées et accueillent principalement des bacheliers généraux. Les étudiants fonctionnaires stagiaires représentent 66,3 % des inscrits en deuxième année de master MEEF ; 39,3 % d’entre eux étaient inscrits l’année précédente en première année de master MEEF et 15,3 % en deuxième année.
Mots-clés :     supérieur  - ESPE  - effectifs    2 pages

Projections des effectifs dans l'enseignement supérieur pour les rentrées de 2017 à 2026 SIES
Le nombre total d’étudiants à la rentrée 2017 augmenterait de 1,4 % sur l’ensemble des formations et des cycles de l’enseignement supérieur. La rentrée 2018, marquée par le boom démographique de l’an 2000, devrait voir le nombre total d’étudiants s’accroître encore (+ 2,4 %, soit 65000 étudiants).
Si les tendances en termes d’orientation, de poursuite d’études et de démographie se prolongent, l’enseignement supérieur pourrait gagner, par rapport à 2016, 216 000 étudiants en 2021 et 327 000 en 2026.
Mots-clés :     supérieur  - prévisions  - effectifs    10 pages

Parcours et réussite en STS : les indicateurs de la session 2017 SIES
Près de 80 % des bacheliers inscrits en 2014 en première année de STS passent en deuxième année, et 68 % d’entre eux obtiennent le B.T.S. en deux ou trois ans. Le taux de réussite varie selon la série au baccalauréat et la mention obtenue. Il est de 83 % pour les bacheliers généraux, 70 % pour les bacheliers technologiques et 50 % pour les bacheliers professionnels.
Mots-clés :     supérieur  - STS  - parcours  - réussite    2 pages

Résultats des brevets de techniciens supérieurs - Session 2017 SIES
A la session 2017, les effectifs des candidats et de diplômés au BTS sont en hausse de respectivement 0,6 et 2,0 % par rapport à la session précédente. Le taux de succès des présents à l’examen est également en hausse de 1,1 point sur un an pour atteindre 75,2 %. Les candidats scolaires sont toujours les plus nombreux et ont le taux de succès le plus élevé.
Mots-clés :     supérieur  - BTS  - réussite    2 pages

Les ressources des étudiants selon la formation suivie SIES
Fin 2014, les ressources mensuelles des étudiants de 18 à 24 ans s’élèvent en moyenne à 650 euros. Ces ressources sont pour plus de la moitié constituées de l’aide des parents : 92 % des étudiants reçoivent une aide régulière de leur part, de 380 euros en moyenne. Des aides sociales sont perçues mensuellement par plus de la moitié des étudiants. La part des étudiants cumulant études et emploi rémunéré est plus faible (21 %).
Mots-clés :     supérieur  - étudiants  - ressources    8 pages

Les effectifs en IUT en 2017-2018 SIES
En 2017-2018, le nombre d’étudiants inscrits en IUT progresse de 0,2 %. Les effectifs de nouveaux entrants en IUT à la rentrée 2017 augmentent plus fortement que l’an passé : + 1,2 %. Parmi ceux-ci, le nombre de nouveaux bacheliers a augmenté de 1,5 %. Il est en hausse pour les lauréats des voies générale et technologique, respectivement + 1,7 % et + 1,5 % ; en revanche, les nouveaux bacheliers professionnels sont encore moins nombreux à entrer en IUT (- 6,4 %).
Mots-clés :     supérieur  - IUT  - effectifs    2 pages

L’entrée sur le marché du travail des jeunes de la voie professionnelle rénovée CEREQ
Cette publication étudie l’impact de la rénovation de la voie professionnelle, mise en place à la rentrée 2009, par rapport à l’entrée sur le marché du travail des sortants de CAP et du baccalauréat professionnel. Les jeunes sortants après l’obtention du baccalauréat professionnel sont plus fréquemment en emploi 3 ans après leur sortie du système éducatif (69 % contre 64 %) mais accèdent moins aux emplois qualifiés que les sortants de CAP.
Mots-clés :     insertion - voie professionnelle   4 pages

Jeunesse(s) et transitions vers l'âge adulte : quelles permanences, quelles évolutions depuis 30 ans ? CEREQ
Cet ouvrage regroupe des articles portant sur le parcours éducatif et l’insertion des jeunes.
Influence du parcours d'études sur l'insertion des sortants de l'université p. 11 par Philippe Lemistre, Fanette Merlin
Le parcours d'insertion professionnelle des jeunes est étudié au regard des trajectoires d'études ayant conduit à un même diplôme final : l'insertion est plus ou moins favorable suivant le type de baccalauréat d'origine et des diplômes intermédiaires obtenus (BTS, DUT, licence professionnelle, .). De plus, l'étude confirme le net avantage à l'insertion de la licence professionnelle et du master face à la licence générale.

L'usage que font les étudiants du travail étudiant a-t-il évolué en 20 ans ? p. 27 par Catherine Béduwé, Jean-François Giret
La part des jeunes disant avoir travaillé régulièrement pendant leurs études est en augmentation constante depuis 20 ans. Ces évolutions sont portées par la montée en puissance de la professionnalisation de l'enseignement supérieur et par la nécessité pour une partie des étudiants de devoir financer leurs études. Enfin, le travail étudiant a des effets sur les trajectoires professionnelles, en protégeant du chômage, surtout dans les premiers temps qui suivent la fin des études, et en accroissant parfois le sentiment de se réaliser professionnellement.

De la génération 1992 à la génération 2010, comment le lien entre la qualité de l'insertion professionnelle des jeunes et leur origine socio-économique et culturelle a-t-il évolué ? p. 75 par Céline Goffette, Louis-André Vallet
Les jeunes d'origines socio-économiques ou culturelles plus modestes obtiennent en moyenne des diplômes moins élevés, ce qui affecte la qualité de leur insertion. A diplôme égal, si un effet sur l'insertion de l'origine socio-économique et de l'origine culturelle peut aussi être observé, il semble s'être quelque peu estompé en l'espace de deux décennies.

L'insertion des jeunes sur le marché du travail : un passage fréquent par Pôle emploi pour tous, un accès à l'emploi plus rapide chez les plus diplômés p. 87 par Anissa Boulemia, Yannig Pons
Cet article décrit l'évolution, au cours des vingt dernières années, de la situation des jeunes en insertion après leurs sorties d'études. Il analyse ensuite la trajectoire d'accès à l'emploi de ces jeunes en fonction de leur diplôme et de leur comportement d'accès sur le marché du travail.

Alice au Pays des NEET : la traversée du miroir sur 20 ans p. 113 par Magali Danner, Christine Guégnard, Olivier Joseph
La proportion de jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en études (NEET) cinq ans après leur sortie du système éducatif est restée stable ces 20 dernières années autour de 18 %. Plus de la moitié des NEET hommes et un tiers des NEET femmes sont non diplômés. Être NEET est un état transitoire : peu de jeunes restent NEET durant les cinq années suivant la sortie de l'école (3 % des femmes et 1 % des hommes).

Quitter l'enseignement supérieur sans diplôme : de la filière d'inscription au parcours d'insertion p. 265 par Fanette Merlin
Cet article souligne la nécessité d'agir contre l'abandon des études en cours par les étudiants en STS. En effet, la dégradation de l'insertion professionnelle entre 1998 et 2010 a touché plus fortement les non-diplômés de STS. Ainsi, ces jeunes reprennent moins souvent des études et sont plus souvent au chômage que les jeunes sortants non-diplômés de l'université.
Mots-clés :     parcours  - insertion  - travail  - origines  - non-diplômés  - NEET   388 pages
partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir

Les DSDEN

Cartographie des DSDEN de l'académie