Éducation à la citoyenneté

partager cette page

27ème Semaine de la presse et des médias dans l'École au lycée Claude Fauriel
Semaine de la presse et des médias dans l'école 2016  - Éducation à la citoyenneté  - 23/03/2016

À l’occasion de la 27ème Semaine de la presse et des médias dans l’École, le lycée Claude Fauriel a organisé plusieurs événements publics en lien avec les médias, les migrations et les Balkans dans le cadre de cette 3ème édition des « Débats citoyens en Rhône-Alpes ».

Mardi 22 mars 2016

Lycée Claude Fauriel, Grand Amphithéâtre

Rencontre : presse, médias et communication

Avec :

  • Françoise BOISSONNAT, rédactrice en chef France 3 Loire, directrice du Club de la presse de Saint-Étienne
  • François COUDERT, journaliste France 3 Loire
  • Maïté DARNAULT, journaliste presse écrite, print et web, correspondante à Lyon de Libération, membre du collectif WeReport
  • Baptiste ROLLET, directeur de publication du Petit Bulletin Saint-Etienne, directeur de l’agence Loire Relations Presse

J'ai trouvé la rencontre du 22 mars, avec les professionnels des médias et de la communication, intéressante et instructive notamment sur les métiers d'attaché de presse et de photographe journaliste sur lesquels j’étais moins renseignée. J'ai eu le sentiment qu'autour de moi les autres élèves étaient plutôt réceptifs et intéressés.

 Témoignage d’étudiant en Lettres sup.
 
Reportage rédigé par Lou Vedel et Victor Arricau, étudiants en Lettres supérieures, lycée Fauriel

La rencontre a commencé par une présentation du parcours des différents intervenants.

Tout d’abord Françoise Boissonnat. Avant d’être rédactrice en chef du « 19 heures » de France 3 Saint-Etienne, elle travailla dans une radio libre. Elle fut également rédactrice à Dijon et à Grenoble. Elle a travaillé sur un long format et sur « Continental », un JT regroupant différent journaux télévisés dans toute l’Europe. Par ailleurs, elle se produit sur la scène théâtrale car cela offre plus de liberté, selon elle, que le format de 30’ à 2 minutes pour les dossiers. Son point de vue nous a permis de mieux comprendre le métier de journalistes avec les impératifs relatif au métier.

Baptiste Rollet a lui aussi commencé dans une radio libre puis à « Tropique FM ». Il n’a pas fait d’études de journalisme. Son métier d’attaché de presse fait le lien, selon lui, entre l’information et le journaliste. Il lui faut donc connaître les journalistes susceptibles de publier cette information. Il s’agit de se mettre « à la place du journaliste pour savoir ce qu’il cherche. ». Il est rémunéré par les entreprises pour faciliter l’accès et la diffusion des informations. Il travaille ainsi le texte et la mise en forme de l’article afin de toucher au mieux sa « cible »...

Alberto Campi est membre de We Report, un collectif de journalistes indépendants dont il est l’un des créateurs. Il a insisté sur le fait que le métier de journaliste se fait au contact d’autrui.

Ressentis des élèves : Les retours que nous avons eus sont très bons puisque cela a servi à la majorité des étudiants et élèves présents de mieux connaître les différents métiers présentés mais aussi les enjeux et les contraintes dus à ces métiers. Et les échanges étaient à la fois chaleureux et pleins de conviction !

Intervention des élèves de premières littéraires en espagnol européen.

Cette intervention se couple avec une exposition interactive au CDI du lycée Claude Fauriel présenté cette soirée-là dans le bâtiment administratif. Ils ont montré les polémiques autour d’un article publié par le journal Le Monde en 2015. S’en est suivi un débat sur la subjectivité des journalistes.

Cette intervention était adressée à un large auditoire d’élèves et d’étudiants du lycée Fauriel.

Lycée Claude Fauriel, Hall d’honneur

Cocktail d’inauguration des expositions

Des expositions réalisées par des professionnels partenaires du projet :

  • « Balkan Road » en présence du photojournaliste Alberto CAMPI, membre du collectif WeReport
  • « Dessins pour la paix » de Cartooning for Peace
  • « Sur les routes d’Albanie (1990-1995) » en présence du photographe Paul VEYSSEYRE

Des expositions et travaux réalisés par les lycéens et étudiants du lycée Claude Fauriel :

  • « Carnets de voyages migratoires » par les élèves de seconde du lycée Fauriel
  • « Les migrations à travers le dessin de presse » (dessins commentés par les lycéens).
  • « El muro de expresion » des élèves de 1ère euro.

Mercredi 23 mars 2016

Lycée Claude Fauriel, Grand Amphithéâtre

Journée d’études : Échanges et conflits dans l’espace adriatique de l’Antiquité à nos jours

Des spécialistes de l’Antiquité, du haut Moyen Age et de littérature contemporaine ont exploré les relations complexes établies entre les Balkans et l’Italie sur la longue durée. Au carrefour des multiples héritages de cette histoire plurimillénaire, l’espace adriatique actuel possède-t-il une forme d’unité propre, par-delà les frontières politiques et culturelles communément admises ?

Programme : trois conférences suivies d’un temps de débat :

Le canal d’Otrante au premier millénaire av. J.-C. : mobilités, trafics et contacts entre les deux rives par Maria Paola CASTIGLIONI, historienne, université de Grenoble

Byllis, la fin d’une cité provinciale antique [Illyrie antique, Albanie actuelle], par Pascale CHEVALIER; archéologue, université deClermont-Ferrand

Exodes forcés, invasions, amis lointains et « rage de fuir » [histoire et littérature albanaises] par Jean-Paul CHAMPSEIX, Inalco, centre Europes-Eurasie

 

La journée d’études du mercredi 23 mars m'ont paru très instructives. La confrontation des approches archéologiques, historiques et littéraires sur le thème des migrations et des Balkans permettait d'élargir la réflexion et de nous plonger dans notre futur voyages d’études en Albanie ! Ainsi la conférence de Jean-Claude Champseix sur Ismaïl Kadaré m’a passionné car j’aime beaucoup cet auteur albanais et car nous avons ainsi pu aborder les Balkans sous un angle plus "sensible" que "scientifique".

Témoignage d’étudiant en Lettres sup.
 
Reportage rédigé par Lou Vedel et Victor Arricau, étudiants en Lettres supérieures, lycée Fauriel

La matinée du 23 mars était consacré aux conférences sur les Balkans en lien avec les expositions (les photographies de Paul Veysseyre et le photo-reportage « Balkan Road »)

Une première conférence de Maria Paola Castiglioni portait sur le canal d’Otrante au premier millénaire, suivie d’une deuxième conférence sur une étude de cas : Byllis. La dernière conférence de la matinée était animé par Jean-Paul Champseix et traitait d’Ismaïl

Kadaré et des problématiques en rapport avec les frontières et les migration dans ses œuvres telles que l’exode forcé, les invasions, les amis lointains et la rage de fuir.

Table ronde : Migrations et frontières en Europe

La table ronde a été animée par des étudiants de Lettres supérieures.

La table ronde a réellement suscité mon intérêt car elle était animée par des camarades de classe, les questions posées et l'angle choisi correspondaient à ce que je cherchais à savoir. Les intervenants qui ont éclairé nos interrogation sur le "fait réfugié" ou encore la crise des politiques migratoires... J’en suis ressorti avec de nouvelles questions sur cette crise que l’Europe et les Balkans traversent aujourd’hui.

 Témoignage d’étudiant en Lettres sup
 
Reportage rédigé par Lou Vedel et Victor Arricau, étudiants en Lettres supérieures, lycée Fauriel

L’après-midi du 23 mars, une table a permis d’aborder la question des migrations et des frontières en Europe, plus particulièrement dans les Balkans, en Suisse et en France. Elle était animée et préparée par des étudiants d’Hypokhâgne sous la houlette du professeur d’histoire, M. Thénard-Duvivier. Parmi les intervenants, nous avons retrouvé le photojournaliste Alberto Campi et la géographe Cristina Del Biaggio, qui nous avaient présenté la veille leur photoreportage dans les Balkans (qu’on voit dans l’exposition installée dans le Hall d’honneur du lycée Fauriel), ainsi que Jean-François Ploquin, directeur général d’une importante association d’aide aux réfugiés : Forum régugiés-Cosi.

Cette table ronde était divisée en trois temps : l’approche du fait migratoire, notamment à travers la « route des Balkans » ; l’accueil des migrants et le « fait réfugié », avec une riche comparaison Suisse/France ; le rôle et l’influence de la politique et des médias dans le phénomène de « crise migratoire ».

Café Brussel Corner, 2 cours Victor Hugo, 42000 Saint-Étienne

Café géo : Trier les exilés aux frontières. La crise des politiques migratoires européennes

Avec :

  • Alberto CAMPI, photojournaliste, membre du collectif WeReport.
  • Cristina DEL BIAGGIO, géographe, université de Genève et Vivre Ensemble.
  • François ARNAL, professeur de géographie en lettres supérieures au lycée Claude Fauriel.

Organisé par l’association AK42 (association des élèves de la Khâgne du lycée Claude Fauriel de Saint-Étienne sous l’égide de l’association Les cafés géographiques avec le soutien des « Débats Citoyens en Rhône-Alpes ».

J’ai beaucoup aimé le café géographique. L'ambiance très conviviale. La possibilité pour tous de participer rend le débat et la discussion plus facile. En outre cela permettait de clore la journée d'une façon plus ludique ce qui est plutôt agréable !
 Témoignage d’étudiant en Lettres sup.
 

Diaporama

Accédez au programme complet

Plus d’information sur l’éducation à la citoyenneté dans l’académie de Lyon

partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir

Les DSDEN

Cartographie des DSDEN de l'académie