En ce moment

 

Education prioritaire

La mission "Education prioritaire et politique de la ville"

La politique de la ville apporte un soutien local, départemental aux territoires en difficulté. Le travail avec les services déconcentrés de l'État permet de relayer les politiques nationales et d'aider à leur application.

L'ensemble des dispositifs rend le partenariat indispensable et nécessite des rencontres régulières entre le Conseil général, la préfecture, les collectivités locales et l'Éducation nationale. Ainsi, la politique de la ville travaille en collaboration directe avec l'Éducation Nationale notamment dans les zones d'éducation prioritaire crées par Alain Savary en 1981. Des contrats signés entre les villes et L'État organisent cette politique : contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) et programmes de réussite éducative (PRE).

Des dispositifs spécifiques ont été développés en lien avec la préfecture :

  • la mise en œuvre de l'accompagnement éducatif ;
  • la promotion des parcours d'excellence, des cordées de la réussite ;
  • des actions de lutte contre le décrochage.

Dans ce cadre partenarial le rôle de l'éducation nationale est essentiel. L'éducation nationale peut piloter intégralement un dispositif comme c'est le cas pour l'accompagnement éducatif. D'autre part, le rectorat ou la direction des services départementaux de l'Éducation nationale (D.S.D.E.N.) sont interrogés au titre de leur expertise sur les projets relevant du champ de l'éducation. Enfin, l'éducation nationale copilote les principaux dispositifs de la politique de la ville et à ce titre participe aux instances décisionnaires locales.

L'Éducation nationale assure également le suivi des contrats signés entre les villes et l'État : contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) et des programmes de réussite éducative (PRE), elle participe aux comités de pilotage, accompagne l'élaboration des nouveaux contrats, apporte conseil et expertise.

La réforme de la géographie prioritaire

Le bilan qui a été fait de la politique de la ville depuis sa naissance en 1977 révèle une superposition de dispositifs, de quartiers géographiques. La mise en place des CUCS en 2006 devait réduire le nombre de quartiers prioritaires, elle les a en fait doublés. Les volets humains et urbains qui étaient jusque là séparés ne vont nullement l'un sans l'autre. L'image du dispositif en forme de poupées russes est révélatrice.


La cour des comptes estime que les interventions sont trop diluées et souhaitent que les moyens soient augmentés sur des quartiers moins nombreux mais plus précisément ciblés.


De 2350 quartiers aujourd'hui en géographie prioritaire, le gouvernement souhaite donc passer à 1300 en 2015.

Télécharger : La réforme de la géographie prioritaire (présentation de la méthodologie)

Actions privilégiées

La scolarisation des élèves de moins de 3 ans

CP dédoublés

  • Imprimer
  • Agrandir

Les DSDEN

Cartographie des DSDEN de l'académie