Accueil - Evaluation - Efficacité - ScolairePar discipline - Français
EVALUATION
RESSOURCES
DYSLEXIE ET DYSLEXIQUES
HISTORIQUE
 
EVALUATION DES OBJECTIFS

ORGANISATION
 
 Scolaire
     Par discipline
         Français
         Anglais
         Mathématiques
     En 5°
     Au brevet
     Parcours scolaire
 Médico-psychologique

SATISFACTION

IMPACT

COUT
 
            






Evaluation en français


Objectifs

Introduction

Les deux tâches : celle d’orthographe et celle d’expression écrite sont particulièrement difficiles pour les élèves dyslexiques. Ecrire sous dictée  nécessite de  connaître les mots (orthographe d’usage) et de combiner plusieurs compétences simultanément (grammaticale ; mémoire immédiate du texte ; conversion phonème/graphème ; rapidité d’écriture) . Il semblait intéressant de permettre aux dyslexiques une relecture du texte pour s’auto-corriger, l’expérience ayant montré que les élèves étaient souvent bloqués devant leur propre production et qu’il était plus judicieux de proposer une discussion critique en groupe du texte.

Les objectifs étaient les suivants :

- Vérifier l’acquisition de l’orthographe et la capacité à repérer les erreurs et à les discuter pour les corriger dans une population comportant des élèves de 3° dyslexiques et non dyslexiques.
- Vérifier  la capacité à s’exprimer à l’écrit et à argumenter.
- Tester la différence entre deux types d’évaluations : évaluation officielle  du brevet de  fin de collège et évaluation spécifique dans le cadre du dispositif


Présentation de l'épreuve :

Texte de dictée


Touche pas à mon école !


« Les enfants constituent une cible de plus en plus prisée par les publicitaires, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que les deux tiers des produits consommés par les enfants le seront encore à l’âge adulte et que ceux-ci sont de plus en plus souvent les prescripteurs des achats effectués par leurs parents. Or, pour certains, l’école représente le lieu idéal pour diffuser des messages publicitaires à l’intention des enfants : c’est là qu’ils se trouvent tous rassemblés et le lieu même tend à garantir l’intérêt et la qualité des messages qui y circulent. »

(Rapport «  Le marketing à l’école », GMV Conseil, octobre 1998.)



Proposition de sujet de rédaction / exercice d’écriture


« C’est bientôt ton anniversaire, tu écris à quelqu’un de ta famille (parent, grand-parent, oncle…) pour le convaincre de t’offrir un vêtement de marque.

Ta lettre doit présenter des arguments très persuasifs car le destinataire de ta lettre est convaincu de l’absurdité de porter à tout prix des habits de marque. »

Attention à bien respecter la présentation d’une lettre.



Consignes de passation :

La passation a été organisée par  6 professeurs dans 6 classes (Marie-Line Bourguignon, Stéphanie Fournel,  Jacqueline Gonzales-Montagnon,  Céline Louis, Estelle Pailleux, Florence Pauze.)

- Durée des épreuves : 1h30 pour chaque épreuve.
- Présentation des épreuves :
     Orthographe (dictée négociée) :
  •  La dictée est faite plus lentement qu’à l’accoutumée pour les dyslexiques. (score dict indiv/20)
  •  Les groupes de mots sont répétés entre 3 et 5 fois.
  •  Un temps de relecture individuel est laissé.
  •  Les élèves se mettent par petits groupes de quatre avec leur texte de dictée ; les élèves dyslexiques sont ensemble.
  •  La consigne suivante leur est donnée : relire phrase par phrase en s’interrogeant sur les différentes écritures des mots et en discutant sur l’orthographe correcte du mot.
  •  La dictée est ensuite redonnée à tous les élèves individuellement, les élèves la réécrivent sans avoir le texte retravaillé sous les yeux. (score dict négoc/20)
  •  L’enseignant corrige l’épreuve.
     Expression écrite (score exp ecrite/20) :
  •  Pas de consigne particulière pour les dyslexiques et le temps supplémentaire n’a pas été utilisé dans la plupart des cas.
- Le barème est le suivant :
- présentation de la lettre : 2 pts (fr let)
- respect de la situation d’énonciation : 2 pts (fr eno)
- respect du sujet : 3 pts (fr suj)
- qualité de l’argumentation : 5 pts (fr arg)
- vocabulaire : 2 pts (fr voc)
- syntaxe et langue : 3 pts (fr lan)
- emploi des temps et conjugaison : 3 pts (fr tem)

Population

Il y a deux sous-groupes d’élèves :
1 - Les élèves dyslexiques (27 élèves)
2 - Les élèves sans difficulté non dyslexiques (130 élèves)

Descriptif des résultats

Tableaux des résultats 

Moyennes des scores


Tableau des quartiles de la population totale



Place des dyslexiques dans la population totale :
le tableau des quartiles montre que les élèves dyslexiques se placent tous dans le 1° quartile avec les notes les plus faibles du groupe total.

Analyse

Dictée
- Les différences sont très significatives entre les élèves dyslexiques et non dyslexiques, pour l’épreuve de la dictée. 

- Les types d’erreurs sont différents entre les dyslexiques et les non dyslexiques sur la première phase de dictée.
- Erreurs trouvées chez tous les élèves : erreurs grammaticales (accords sujet / verbe ; accords dans le groupe nominal, homophones comme «hors» pour «or»).
- Erreurs spécifiques chez les élèves dyslexiques : davantage d’erreurs d’orthographe d’usage (en particulier sur les doubles consonnes) ; des erreurs phonologiques («brisée» pour «prisée» ; inversion des lettres pour «prescripteurs») ; quelques agglutinations («na» pour «n’a») ; quelques oublis de mots ou, parfois, groupes de mots.
Commentaire : Ces différentes erreurs témoignent 
- d’une faiblesse du lexique orthographique,
- d’un problème métaphonologique expliquant le trouble,
- de difficultés d’écriture, avec lenteur, gênant la réflexion sur la langue pendant la dictée.

Après négociation :
Si l’on s’intéresse à la note chiffrée, ce sont les élèves non dyslexiques qui ont le plus progressé. Mais les élèves dyslexiques ont multiplié leur note par 6 même si elle était très faible au départ.

Ce qui est le plus significatif, reste la progression en terme de nombre d’erreurs.
A titre d’exemple, à Andrézieux, dans deux classes d’élèves non dyslexiques le nombre des erreurs a diminué en moyenne de 0,39 et 1,8 erreurs alors que dans le groupe des élèves dyslexiques il a diminué de 13,8 erreurs. 


On constate l’intérêt de cette double notation : notation classique et notation positive. Il serait souhaitable que cette pratique soit généralisée.

Expression écrite

 - Pour les variables ayant trait à la forme et à la compréhension de la consigne on ne note    aucune différence significative entre les différents groupes d’élèves.
 
-  En revanche, la différence entre les résultats des élèves dyslexiques et des élèves non      dyslexiques concernant les aspects linguistiques ou la conformité de la langue est très significative.

- Les erreurs portent souvent sur les points de difficultés de la langue comme les homophones  (ça/sa ; se/ce ; prix/pris ; voie/voix).

- On constate chez les dyslexiques des erreurs typiques, absentes des devoirs des autres élèves sur la segmentation des mots (toute fois pour toutefois ; à parament pour apparemment).

CONCLUSION

Comme attendu, en 3° les résultats montrent plus de faiblesses sur le langage pour les élèves dyslexiques; ceci est probablement lié à un déficit de lecture-loisir (peu de pratique systématique).

Ces résultats témoignent aussi d’une bonne capacité d’analyse pour les élèves dyslexiques en ce qui concerne la réflexion sur l’orthographe.

Comparaison des résultats

Comparaison du croisement des résultats en dictée Brevet/Reperdys 3°

    Tous les élèves de troisième ont repassé le test de repérage (deux parties : exercice de copie et     dictée de 78 mots)  qu’ils avaient déjà passé en CM2.
    On a voulu comparer les scores en dictée à ceux du brevet.

    La différence est hautement significative entre les 2 scores ; les élèves dyslexiques réussissent     mieux à la dictée du test de repérage (moyenne Reperdys = 70 contre moyenne brevet = 41).

    Celle-ci est effectivement plus facile puisque de niveau linguistique du CM2.

Comparaison entre les épreuves du brevet et les épreuves élaborées pour l’évaluation du dispositif

    Compte tenu du mode d’enregistrement des résultats au brevet, mêlant la note de dictée à la        note de questions, il est impossible de comparer nos résultats avec ceux du brevet.

    En ce qui concerne l’expression écrite,  il n’y a pas de différence entre les résultats aux 2            épreuves     (p=0.8)



      L’épreuve spécifique semble donc de même niveau de difficulté que celle du brevet.

CONCLUSION

Pour les élèves dyslexiques, nos résultats montrent que les capacités d’analyse d’un texte ne sont pas différentes de celles des autres élèves et qu’ils peuvent s’auto corriger en dictée si l’enseignant organise son évaluation en tenant compte de la spécificité de ces élèves dyslexiques (négociation et notation positive).

On note aussi qu’il y a eu une progression dans leurs capacités d’écriture et de maîtrise de la langue pendant les quatre années de collège.

Cependant, les évaluations psychologiques montrent que les élèves dyslexiques témoignent peu d’intérêt pour la matière et ont le sentiment de réussir de façon médiocre.
On peut penser que du fait du déficit d’automatisation, les tâches écrites sont si fatigantes pour les élèves dyslexiques qu’ils ont de la peine à percevoir correctement  leurs progrès.

Les évaluations psychologiques montrent néanmoins que les élèves dyslexiques ont une bonne confiance en eux et en l’avenir. Ce qui est confirmé par les réponses des parents. Nous faisons l’hypothèse que la mise en place de nos aménagements pédagogiques a participé à la restauration et au maintien de cette confiance.

Enfin, il est important de noter que dans le cadre des aménagements pédagogiques pour les élèves dyslexiques, on a parfois la possibilité de travailler avec l’aide d’outils performants comme le vidéoprojecteur qui nous permettent de mettre en place des exercices plus adaptés aux difficultés de copie et de lenteur de ces élèves.

Il est souhaitable que les établissements se dotent d’un tel matériel, accompagné d’un tableau blanc afin d’écrire les corrections et réponses des élèves. On voit qu’il est possible pour des élèves dyslexiques de progresser dans une discipline comme le français et notamment à l’écrit, s’ils sont regroupés dans des classes où l’on prend en compte leurs difficultés spécifiques et si, à ces difficultés, ne se surajoutent pas des problèmes de comportement d’autres élèves. En effet, le calme de la classe est nécessaire à la concentration des élèves dyslexiques qui ont tendance à se déconcentrer facilement.


Conseils de navigation - TéléchargementsCollaboration et remerciements - Mentions légales - Plan du site - Contacts