La lutte contre le harcèlement

Des numéros verts pour les élèves, parents et professionnels

Harcèlement:

3020


Cyberharcèlement :

0800 200 200

NetEcoute.fr


Référents académiques et départementaux :

0 800 409 409

Tous mobilisés contre le harcèlement scolaire

Le harcèlement scolaire a été un des principaux sujets de la réunion ministérielle Education G7 du 4 juillet 2019. Défini comme un fléau présent dans tous les pays et affectant de nombreux enfants et jeunes, le harcèlement scolaire impacte durablement la santé, le bien-être et les résultats scolaires des élèves. Il a été souligné, lors de cette réunion, l’importance de traiter le sujet du harcèlement scolaire au sein des plus grandes instances internationales.

En France un élève sur 10 est victime de harcèlement scolaire.

7 novembre 2019 : journée nationale «Non au harcèlement»

Les différents types de harcèlement :

Le harcèlement est une forme de violence répétée physique, morale ou psychologique. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre. Lorsqu’un enfant ou un adolescent est insulté, menacé, battu, bousculé ou reçoit des messages injurieux à répétition, on parle donc de harcèlement.


Avec l’utilisation permanente des nouvelles technologies de communication (téléphones, réseaux sociaux numériques), le harcèlement entre élèves se poursuit en dehors de l’enceinte des établissements scolaires. On parle alors de cyber-harcèlement, qui même s’il se passe sur les écrans n’est pas à prendre à la légère.


Le cyber-harcèlement se pratique via les téléphones portables, messageries instantanées, forums, chats, jeux en ligne, courriers électroniques, réseaux sociaux, site de partage de photographies etc.


Il peut prendre plusieurs formes telles que :
•    les intimidations, insultes, moqueries ou menaces en ligne ,
•    la propagation de rumeurs ,
•    le piratage de comptes et l’usurpation d’identité digitale ,
•    la création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’un camarade de classe ,
•    la publication d’une photo ou d’une vidéo de la victime en mauvaise posture ,
•    le sexting (c’est la contraction de « sex » et « texting »). On peut le définir comme « Des images produites par les jeunes (17 ans et moins) qui représentent d’autres jeunes et qui pourraient être utilisées dans le cadre de la pornographie infantile ».

Le harcèlement se fonde sur le rejet de la différence et sur la stigmatisation de certaines caractéristiques, telles que :
•    L’apparence physique (poids, taille, couleur ou type de cheveux) ,
•    Le sexe, l’identité de genre (garçon jugé trop efféminé, fille jugée trop masculine, sexisme), orientation sexuelle ou supposée ,
•    Un handicap (physique, psychique ou mental) ,
•    Un trouble de la communication qui affecte la parole (bégaiement/bredouillement) ,
•    L’appartenance à un groupe social ou culturel particulier ,
•    Des centres d’intérêts différents.


Les risques de harcèlement sont plus grands en fin d’école primaire et au collège.
Les conséquences du harcèlement à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs :
•    Décrochage scolaire voire déscolarisation (des études montrent que la peur des agressions expliquerait 25% de l'absentéisme des collégiens et lycéens) ,
•    Désocialisation, anxiété, dépression ,
•    Somatisation (maux de tête, de ventre, maladies) ,
•    Conduites autodestructrices, voire suicidaires.

En savoir plus sur : Non au Harcèlement

La lutte contre le harcèlement scolaire, une priorité ministérielle :

La qualité de vie à l’école est une des priorités de l’Education Nationale. « Tous les enfants doivent se rendre à l’école en confiance, confiance dans leurs camarades et en eux-mêmes. C’est le sens profond de ce que j’appelle "l’école de la confiance" » affirme le ministre de l’Education Nationale.

L’article 5 de la loi pour une École de la confiance inscrit le droit à une scolarité sans harcèlement dans le code de l’éducation. Cette disposition donne une assise légale aux nombreuses actions de prévention menées par le ministère et envoie à l’ensemble de la communauté éducative un signal fort visant à amplifier la mobilisation contre le harcèlement entre élèves.

Les mesures prises au sein des établissements :

Face au cyber-harcèlement
-    la mesure d’interdiction du téléphone portable dans les écoles et les collèges ,
-    le renforcement de l’éducation aux médias ,
-    une grande sensibilisation à l’usage réfléchi et raisonné des réseaux sociaux ,
-    la formation des adultes.

La journée nationale de Lutte contre le harcèlement scolaire :

La journée Non au harcèlement est organisée chaque premier jeudi du mois de novembre. Cette journée est l'occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d'avoir une scolarité épanouie dans le cadre de l'École de la confiance. Cette année, elle a lieu le 7 novembre.
Les objectifs de cette journée sont : informer, sensibiliser et mobiliser les élèves, parents d’élèves et équipe éducative. Dénoncer ce fléau et redonner confiance aux victimes.

Numéro vert « non au harcèlement » : 3020

Non au harcèlement : qui est derrière le numéro vert 3020 ?

Découvrez les actions du lycée Juliette Récamier :

Lycée Récamier : scénettes d'élèves sous la supervision des ambassadeurs

Zoom sur la médiation par les pairs, méthode mise en place dans davantage d’établissements :

La médiation est un processus coopératif qui facilite la résolution non violente d'un conflit. Le médiateur, un intervenant extérieur, aide les parties à communiquer et favorise les conditions du dialogue afin qu’elles recherchent une issue constructive au conflit.

La médiation « par les pairs » en milieu scolaire signifie que les médiateurs sont des jeunes du même âge ou à peine plus âgés, formés à la médiation, mais avec le même statut d’élèves. Les élèves-médiateurs vont proposer leur aide lors de désaccords, disputes ou de bagarres, ou à des victimes de violence.
Actuellement, 5 000 lycéens jouent le rôle d’ambassadeur en France. Dans le même esprit, les collégiens vont être formés pour sensibiliser leurs camarades. Pour cela, des outils seront mis à leur disposition sur le site Non au harcèlement.

Pourquoi s’appuyer sur la médiation ?

Une éducation à la citoyenneté devrait donner aux élèves des outils pour que les conflits ne soient pas traités par l'affrontement, voire la violence, mais puissent être mis en mots par les élèves eux-mêmes. Pour ce faire, il s’agit d’apprendre à l’enfant à exprimer, verbaliser ses émotions, ses besoins et ses valeurs, et ainsi s’approprier le socle des connaissances et compétences langagières, civiques et sociales.

Promouvoir une culture de la médiation, c’est donner des outils pour résoudre les conflits par la parole et le dialogue, donc contribuer à améliorer le climat scolaire et prévenir le harcèlement.

Protocole en cinq phases pour la médiation entre pairs dans les établissements :

Phase 1 : Accueil et exposé du cadre ,
Phase 2 : Exposé des faits et reformulation ,
Phase 4 : Recherche de solutions ,
Phase 5 : Accord gagnant-gagnant.

-----------------------------------------------------------------------------------

+ d’infos dans le dossier de presse

Les actions menées dans les établissements de l’Ain

Les actions menées dans les établissements de la Loire

Les actions menées dans les établissements du Rhône




Le prix «Non au harcèlement» 2019 dans l'académie de Lyon

Le prix NAH permet aux élèves de 8 à 18 ans de prendre collectivement la parole pour s'exprimer sur le harcèlement à travers la création d'une affiche ou d'une vidéo qui servira de support de communication pour le projet qu'ils souhaitent mener dans leur établissement.

Le prix «Non harcèlement» a pour objectif de donner la parole aux élèves et aux jeunes de 8 à 18 ans, qui devront produire un support de communication (affiche ou vidéo) accompagnant le plan de prévention du harcèlement de leur établissement.

Calendrier 2018-2019
•    25 janvier 2019 : Date limite d'envoi des créations dans les académies du 28 janvier 2019 au 15 mars 2019 : sélection par les jurys académiques, et début des remises des prix académiques, qui peuvent avoir lieu jusqu'à la fin du mois de juin 2019,
•    du 15 avril 2019 au 19 avril 2019 : sélection par le jury national,
•    du 13 mai 2019 au 17 mai 2019 : remise nationale des prix.

Consulter les productions des nominés 2018-2019 via la page  Flickr

En 2018 les deux lauréats de l'académie sont :

Le collège Aimé Cesaire à Vaulx-en-Velin dans la catégorie vidéo 12-15 ans
Le collège Daisy Georges Martin dans la catégorie cyberharcèlement


En 2017, le spot national de sensibilisation a été tourné au collège Thomas Riboud de Bourg-en-Bresse.

Il s'inspire du projet vidéo «Entre cauchemar et réalité» réalisé par les élèves de l'établissement doublement primé dans le cadre du concours 2017 «Non au harcèlement» : prix vidéo dans la catégorie 13-15 ans et mention spéciale «Coup de cœur des professionnels de la communication».


Consulter les productions du prix NAH 2017-2018 :


Plus d'informations sur :

Le prix «Non au harcèlement» sur le site eduscol

À consulter : le dossier de presse de l'académie de Lyon




Résultats 1 à 25 sur 33
 
  • Imprimer
  • Agrandir

Les DSDEN

Cartographie des DSDEN de l'académie