Ciné Musée : La Douleur et Au-revoir là-haut (mars 2022)

Au revoir là haut - Albert Dupontel

Partenariat Cinéma Comoedia (Lyon 7) et le Mémorial National de la prison de Montluc

En partenariat avec le Mémorial National de la prison de Montluc, le Cinéma Comoedia (Lyon 7) propose en mars 2 journées CINE MUSEE : la première autour de Au-revoir Là-haut d'Albert Dupontel et la seconde autour de La Douleur, d'Emmanuel Finkiel.

Au revoir là-haut - 22 mars 2022

l'histoire de la nécropole nationale de la Doua et ses liens avec la prison et le tribunal militaire de Montluc.

Après une projection en matinée au cinéma Comoedia du fil "Au revoir là-haut" d'Albert Dupontel, la journée se poursuivra l'après-midi à la nécropole nationale de la Doua à Villeurbanne avec une visite de ce cimetière.

9h30 : Le film

La projection sera précédée d'une brève présentation du film et de la journée en salle.
En 1919, deux anciens poilus de la Première Guerre mondiale décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Adapté du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt en 2013, ce film aborde avec lhumour et sérieux cette période de l'immédiat après-guerre et notamment de la constitution des premières nécropoles et monuments aux morts.

Ciné Musée : Au revoir là-haut (site Comoedia)

 

La douleur - 8 mars 2022

La déportation pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Après une projection en matinée au cinéma Comoedia du film "La douleur" d'Emmanuel Finkiel, la journée se poursuivra l'après-midi avec une visite du Mémorial National de la prison de Montluc et de l'exposition temporaire "Train 14 166" consacrée au convoi du 11 août 1944.

9h30 : Le film

La projection sera précédée d'une brève présentation du film et de la journée en salle.
Juin 1944, la France est toujours sous l'Occupaion allemande. L'écrivain Robert Antelme, fugure majeure de la Résistance est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l'épreuve d'une relation ambigüe avec cet homme trouble, seul à pouvoir l'aider. La fin de le guerre et le retour des camps annoncent à Marguertie le début d'une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Liberation de Paris.

Ciné Musée : La douleur (site Comoedia)