Académie

partager cette page

L'essentiel du baccalauréat 2017
Académie  - 13/06/2017

Retrouvez le détail des effectifs nationaux et académiques des candidats à la session 2017 du  baccalauréat, le calendrier et l'organisation des épreuves.

Les dossiers de presse

Des conseils pour réviser



Des conseils pour réviser

Découvrez les conseils des majors de l’académie de Lyon des baccalauréats général, technologique et professionnel de la session 2016 pour aborder sereinement les révisions et le passage des épreuves.

Baccalauréat général

Ianis - baccalauréat général « économique et social »
Moyenne générale au baccalauréat : 19,63/20

Lettre aux futurs bacheliers
Leçon d’aujourd’hui : dédramatiser le bac

J’ai reçu une mission en tant que major de promo, m’adresser aux futurs bacheliers afin de démystifier cette épreuve qu’est le baccalauréat et plus précisément m’attarder sur sa préparation.

Pour être tout à fait honnête, la seule préparation qui vous permettra d’aborder sereinement les épreuves c’est celle que vous faites tout au long de l’année. La semaine de révision intensive juste avant le bac ce n’est qu’une modalité.

Cette semaine est là pour rassurer mais ce n’est pas ici que le bac se joue. Néanmoins, cette semaine est importante et certaines conditions restent nécessaires comme il faut également proscrire certains comportements.

L’idée c’est qu’il faut arriver « frais », préparé et confiant pour l’examen. Pour cela rien de plus simple ! La première chose des choses à éviter c’est de se sentir opprimé, débordé, diminué. Il y a donc tout un travail à faire sur la posture, je vous renvoie à une très bonne conférence de Ted faite par Amy Cuddy. Au niveau musical, éviter toute musique triste ou mélancolique ! Il faut être plein d’énergie, être déterminé, préférez donc l’album A7 se SCH, l’album These Things Happen de G-Easy ou encore l’album Flume de Flume. De plus, il faut être organisé. La clé ? Un emploi du temps structuré en bloc sur des chapitres concrets. Le sommeil est également important. Pour être prêt le mercredi, il faut se coucher tôt le lundi mais surtout il faut se coucher tôt une fois que les épreuves ont commencé. En général les élèves sont en difficulté sur la dernière épreuve, ils la trouvent longue et les erreurs d’inattentions sont vite arrivées. Enfin défoulez-vous, n’ayez pas peur de prendre deux heures par jour pour aller courir. Le sport permet de ne penser à rien, d’être dans la situation que les sages épicuriens appellent l’ataraxie : ne ressentir aucun trouble, aucune passion. C’est l’attitude qu’il faut chercher avant l’examen.

Mais si ces piètres consignes tiennent pour la dernière semaine, votre préparation annuelle doit être tout autre. J’aimerais la résumer en un seul mot : découverte. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir tout à portée de main et surtout d’avoir du temps. Le seul conseil que je peux vous donner c’est découvrez. Regardez des films, des séries (Game of Thrones, Narcos), des émissions (La Grande Librairie, 28 minutes, Le Petit Journal), lisez (La peste, Germinal, l’Odyssée), allez sur youtube (E-penser, DirtyBiology, Ted), écoutez de la musique, bref VIVEZ et tentez de réussir ce que préconique le programme d’enseignement de philosophie à savoir « former des esprits autonomes, avertis de la complexité du réel et capables de mettre en œuvre une conscience critique du monde contemporain » car malheureusement, à mon humble avis, le bac, dans la forme où il est présenté ne permet pas de pousser l’élève dans cette voie. En revanche, vous vous en sortirez d’autant mieux en ayant acquis ce précieux don.

Si pendant votre année vous ne deviez lire qu’un seul livre, lisez 1984 de Georges Orwell ou le meilleur des mondes d’Aldous Hyxley car ils vous permettront de voir un peu plus loin que le bac. En effet, voici la véritable difficulté du bac, ne pas voir le bac comme une fin en soi. En vous projetant dans l’avenir, en connaissant votre objectif, et votre vocation, vous vous donnerez les moyens pour réussir. Comme le disait Spinoza « Là où il y a un but, il y a un chemin ».

Car parmi tous les reproches qu’on peut vous faire, un seulement tient seulement quand on parle du bac, n’ayez pas peur de voir grand « ceux qui s’appliquent trop aux petites choses deviennent ordinairement incapables des grandes » ! Vivez le bac non pas comme un accomplissement mais plutôt comme le tremplin vers votre nouvelle vie d’étudiant. J’ai dit précédemment que c’est le travail au long de l’année qui vous permettra d’aborder le bac calmement, et ce travail continu ne vient pas de n’importe où, il consiste en trois lettres : APB. L’orientation que vous choisirez, pour la plupart, se basera sur les notes, l’attitude et le travail fourni sur l’année entière.

Ainsi ne voyez pas le bac comme cet affreux monstre dont on vous parle depuis 3 ans, mais démarrez l’année scolaire, dès septembre, en sachant qu’il sera seulement la porte d’entrée de votre orientation, le bac ne sera que la récompense des efforts produits pendant l’année.

Ici s’achève les confidences d’un modeste bachelier qui vous a donné, sa vision sur cette épreuve. En aucun cas j’aurais l’arrogance d’affirmer que ces minces conseils soient vrais et fonctionnent mais j’espère tout de même avoir aidé certains futurs bacheliers à se rendre compte que le bac n’est pas difficile pour qui est préparé car comme disait Sun Tzu « Qui connaît l’ennemi et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’ennemi mais se connaît lui-même, pour chaque victoire connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’ennemi ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles ».
Johan - baccalauréat général « scientifique »
Moyenne générale au baccalauréat : 20,42/20

Pour préparer les épreuves de type mathématiques, physique-chimie ou sciences de l’ingénieur, j’ai essentiellement basé mes révisions sur des exercices après avoir bien revu mon cours.
Naturellement, j’ai effectué un certain nombre d’annales de bac pour repérer les questions phares dans chacune de ces matières, et j’ai cherché à prendre l’habitude des différentes syntaxes des sujets.
Pour être préparé le mieux possible, j’ai basé mon programme de révisions à partir de la chronologie des épreuves qui était prévue. Ensuite, au fil de mon autocorrection, je notais sur une feuille mes erreurs ou du moins comment les éviter et ce à quoi je devrais faire attention pendant l’examen. Ainsi, la vieille des différents jours J, je relisais bien ces feuilles.
Mis à part cela, je faisais des pauses au cours de mes journées de révisions où j’écoutais mes musiques préférées du moment, où je mangeais, où je faisais du sport. Au cours de la semaine d’épreuves, je me suis réservé un après-midi pour décompresser et prendre l’air en faisant un tennis avec des amis. Autres points importants pour moi, je buvais beaucoup d’eau et je préférais me lever tôt et donc me coucher tôt plutôt que le contraire.
Enfin, la semaine d’examens a été intense au niveau de la pression principalement. Mais pour toutes les matières pour lesquelles je me sentais prêt, j’ai nettement moins stressé que ce que j’avais prévu et la semaine s’est finalement déroulée dans de bonnes conditions.
Manon - baccalauréat général « littéraire »
Moyenne générale au baccalauréat : 20,11/20

J’ai choisi de vous présenter la façon dont j’ai abordé deux matières emblématiques de ma filière pour l’épreuve du baccalauréat, la philosophie et la littérature, disciplines que j’affectionne particulièrement.
L’un des points majeurs est, tout d’abord, l’importance de l’orientation. En effet, je pense qu’il est plus facile de travailler une matière qui nous stimule et nous motive, comme ce fut le cas pour moi. Je ne regrette pas la filière littéraire, car elle correspondait à l’ensemble de mes intérêts. Si je dois fournir un conseil à d’autres lycéens, ce serait donc de se renseigner avec attention sur la section qu’ils prépareront pour le baccalauréat.
En ce qui concerne la préparation des examens, il est bien évidemment incontournable de s’appuyer sur les différents cours et manuels qui nous sont fournis. Néanmoins, il est également nécessaire de mettre en perspective la matière, d’essayer de puiser au-delà des acquis, afin d’approfondir l’enseignement scolaire : je me suis servie d’emprunts à la bibliothèque, ai regardé des émissions portant sur la philosophie, écouté des podcasts sur France Inter, France Culture, ou sur d’autres plateformes, qui enregistrent des conférences de critiques littéraires, tels qu’Antoine Compagnon.

Quant à l’ambiance de travail, je préfère sortir de chez moi, notamment me rendre dans un café afin de relire mes documents, ce qui offre un environnement différent et calme, moins oppressant que de rester chez soi, dans la mesure où nous pouvons nous aérer l’esprit, s’oxygéner, ce qui est selon moi assez profitable pour aborder sereinement l’épreuve.
Enfin c’est naturellement la lecture qui contribue à me détendre, outre le cinéma. Cette année, le livre qui a accompagné mes révisions est Tendre est la nuit de Francis Scott Fitzgerald, ouvrage qui me plaît beaucoup, par son époque, l’entre-deux guerres, mais aussi par la sensibilité de l’écriture de cette œuvre en partie autobiographique, même si, je dois avouer que mon livre de chevet serait plutôt Madame Bovary, Flaubert étant pour l’instant mon auteur favori... !
Pour l’anecdote, en matière de playlist, je peux conclure que je n’eus guère le choix, comme mon frère répétait son concert de guitare pour la fin d’année, jouant à répétition des morceaux d’ACDC dans la chambre juxtaposée à la mienne.

Baccalauréat tecnologique

Elisa - baccalauréat technologique « sciences et technologies de la santé et du social » (ST2S)
Moyenne générale au baccalauréat : 17,51/20

Quelques conseils pour bien se préparer et être au top !

La base, c’est d’être présent en cours et surtout d’écouter. En écoutant, on fait déjà une partie du travail de mémorisation. De ce fait, il ne faut pas hésiter à poser des questions sur ce qui n’a pas été compris.
Bien sûr, il faut apprendre ses cours au fur et à mesure et faire des fiches de synthèse à la fin de chaque chapitre. Elles vous serviront d’outil essentiel pour vos révisions. Cela vous permet d’économiser du temps au moment du bac, et ce ne sera pas négligeable. Pour éviter de surcharger vos fiches de synthèse, faites des fiches de vocabulaire. De plus, le fait de refaire les exercices et TD vus en cours est très important non seulement pour les DS mais aussi pour le bac. C’est un bon entraînement.
Pour la biologie, de nombreux schémas sont à apprendre : pour que ce soit plus facile à mémoriser, vous pouvez prévoir des copies des schémas mais sans les légendes.
Pour la ST2S, réaliser ou apprendre des schémas peut être une bonne méthode pour avoir une vision globale et permettre une meilleure analyse.

Au moment du bac
Pour être efficace lors de la période de révision, il faut dans un premier temps se fixer un rythme de travail minimum soutenu, tout en s’accordant des pauses toutes les 2 heures ; dans un second temps, s’organiser, par exemple en réalisant un planning. Pour ma part, je n’ai pas pu le remplir avant de commencer, je l’ai plutôt rempli chaque jour avec ce que j’avais fait. C’est ce qui m’a aidée en biologie pour voir les parties qu’il me restait à réviser sans avoir peur de manquer de temps.
Dans vos révisions du bac, vous pouvez également vous aider des annabacs. Pour ma part, j’ai utilisé majoritairement ceux de la marque Reflexe.
Au niveau de l’environnement de travail, le mieux est de réviser dans un endroit calme mais en évitant de trop s’isoler, car cela peut être souvent une source de démotivation.
Pour décompresser, faire ce que l’on aime mais quelque chose qui reste utile. Personnellement, j’ai regardé une de mes séries préférées mais en VOSTF, pour lier l’utile à l’agréable.

La veille des épreuves
Préparer ses affaires, ne pas stresser, relire en diagonale les cours et ne pas se coucher trop tard.
Il est difficile de ne pas stresser, surtout avant l’épreuve de biologie ou de ST2S, mais il faut savoir rester confiant. Si on a travaillé en première et en terminale, tout se passera bien.

Lors de l’épreuve
Se détendre, se dire que tout va bien se passer même si l’on n’est pas forcément à l’aise.
Ce qui est important pour ne pas perdre ses moyens est de ne pas buter sur une question : si on ne sait pas, on laisse de la place, on entoure le numéro de la question sur le sujet et on revient dessus après ou lors de la relecture. Et si les connaissances sont là, elles reviendront.
Un dernier conseil à vraiment prendre au sérieux, c’est de rester toute la durée de l’épreuve et d’utiliser le brouillon pour ordonner ses idées et sa rédaction, surtout en ST2S.
Ilan - baccalauréat technologique « technique de la musique et de la danse »
Moyenne générale au baccalauréat : 16,30/20

Je suis issu d’une famille de musiciens et mon parcours scolaire a été plutôt atypique. En effet, j’ai commencé la musique très tôt et j’ai donc, depuis longtemps, dû composer avec mes études classiques et mes études de musique. Ma scolarité a été ainsi adaptée pour que je puisse pratiquer le piano dans les meilleures conditions.

Tout d’abord scolarisé en établissements, puis au centre national d’enseignement à distance (CNED), j’ai quitté le système scolaire après la classe de troisième pour présenter le bac en candidat libre. Je n’ai pas suivi les classes de lycée car, à l’âge de 13 ans, je suis entré en dérogation au conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon (CNSM) et y ai démarré mes études universitaires de piano. J’entamerai l’an prochain ma dernière année de licence et il était important pour la poursuite de mes études que j’obtienne le bac avant celle-ci.

Au regard de ce parcours, vous comprendrez qu’il est un peu difficile de me présenter comme un « cas d’école ». J’ai, en réalité, préparé mon bac un peu en pointillés, ou plutôt en alternance avec mon travail de musicien. J’ai dû marier les exigences de mes études d’interprète et celles du lycéen que j’aurais dû être. L’épreuve d’exécution instrumentale étant l’épreuve « phare » de ce bac, je l’ai préparée avec mon professeur de piano du CNSM. Ses nombreux conseils avisés m’ont permis d’avoir une bonne note. J’ai également été aidé par plusieurs professeurs particuliers, en anglais, histoire de la musique et philosophie.

Pour décompresser, j’ai beaucoup joué aux échecs...

La meilleure méthode pour réussir à assimiler des connaissances a été pour moi de faire sortir ces matières du cadre scolaire, notamment en échangeant avec des amis et d’autres personnes de mon entourage. C’est cela que je pourrais donner comme conseil aux futurs bacheliers, d’inclure l’apprentissage dans leur vie de tous les jours pour l’intégrer en tant que culture durable et enrichissante plutôt que comme une suite d’informations dépourvues de contexte, de sens et d’intérêt. Cela peut permettre de donner au baccalauréat une dimension supplémentaire et de le considérer non pas comme un simple processus de validation de compétences, mais comme une étape profitable et fondatrice d’une personnalité.
Manon - baccalauréat technologique « hôtellerie »
Moyenne générale au baccalauréat : 16,03/20

Le baccalauréat technologique « hôtellerie – restauration requiert des compétences générales à l’écrit, en pratiques mais aussi à l’oral. Cette polyvalence nécessite un travail rigoureux et approfondi dans chaque matière, et cela pas seulement durant les révisions mais bien tout au long de l’année de terminale qui s’écoule très rapidement. Je ne pourrai vous décrire de journée « type » de révisions car chaque méthode de travail est différente, mais je pourrai seulement conseiller aux futurs candidats de planifier leurs journées environ deux mois à l’avance afin d’avoir le temps de réviser l’ensemble du programme, de consulter les annales des années précédentes mais aussi de profiter de certains moments de loisirs pour décompresser et se divertir. Il ne faut pas hésiter à conserver ses passe-temps habituels comme écouter de la musique, sortir avec ses amis... Cependant, pour être en forme les jours d’épreuve, il est nécessaire de bien dormir et de ne pas « sur »stresser. Le bac est l’aboutissement de trois années de travail et la première porte d’entrée vers notre carrière professionnelle future, il représente une importante fierté personnelle lorsqu’il est obtenu avec mention.
Liloue - baccalauréat technologique « sciences et technologies du management et de la gestion » (STMG)
Moyenne générale au baccalauréat : 17,37/20

Jamais je n’aurais pensé être major du BAC STMG de l’académie de Lyon. Je suis dyslexique et cela m’a posé problème dans ma scolarité.
Heureusement, tout au long de mon parcours j’ai été soutenue par mon orthophoniste et de nombreux professeurs – de l’école primaire au lycée -  qui m’ont encouragé et qui ont su me donner confiance en reconnaissant les efforts que je faisais pour mieux réussir.
Aussi, le message que je voudrais faire passer aux futurs bacheliers c’est qu’ils doivent y croire, et que ce n’est pas par ce que l’on a des difficultés que l’on ne peut pas y arriver.  J’en suis la preuve !
Même si la dyslexie est un handicap, elle m’a permis d’acquérir très vite le sens de l’effort et de la persévérance qui sont des points forts pour réussir sa scolarité.
En ce qui concerne les révisions je me suis beaucoup entrainée grâce aux annales qui reprennent bien les questions principales et incontournables des épreuves. J’ai établi un planning de travail pour être sûre d’avoir le temps de réviser l’ensemble des matières. Cela m’a permis de me rassurer, moi qui suis une « stressée », et d’organiser mon travail en faisant des fiches de révision.
Pour éviter stress et fatigue, il faut aussi penser à se changer les idées et décompresser ! Je n’ai pas passé toutes mes journées assises sur une chaise à réviser. Une petite sortie piscine entre amies pour se rafraichir est même recommandée pour éviter « l’overdose » ! N’oublier pas également de bien dormir parce que, si vous n’êtes pas concentrés sur ce que vous faites, et que vous êtes fatigués, vous risquez de somnoler sur vos fiches de révision...
 En cas de coup de stress penser à bien respirer par le ventre cela vous évitera la sensation de nœud à l’estomac ! 
Et enfin le plus important à mes yeux est de se donner à fond pour avoir bonne conscience et se dire que l’on n’aurait pas pu faire mieux.
Nathan - baccalauréat technologique « sciences et techniques de l’industrie et du développement durable » (STI2D)
Moyenne générale au baccalauréat : 18,22/20

Pour réviser le baccalauréat, j’ai retranscris mes cours en cartes mentales (méthode apprise grâce à l’organisme « la fabrique à bonheur ») pour les matières tels que le français, l’histoire, la géographie et la philosophie. J’en ai également fait quelques-unes en physique-chimie.
Pour les matières scientifiques, je suis allé réviser dans une bibliothèque universitaire avec des camarades de classe pour faire des anciens sujets de baccalauréat et s’entraider pour s’expliquer les exercices lorsque nous étions en difficulté.
J’ai aussi repris mes bacs blancs pour comprendre mes erreurs.
Ainsi je suis allé sereinement passer les épreuves du bac en me disant que je ferai du mieux que je peux. Avoir bien révisé permet de ne pas être stressé et donc de ne pas perdre ses moyens.

Baccalauréat professionnel

Noémie - baccalauréat professionnel « esthétique, cosmétique, parfumerie »
Moyenne générale au baccalauréat : 20,11/20

La première étape pour moi a été la planification de mes révisions dans l'ordre chronologique de mes épreuves. Ce qui m'a permis d'être plus efficace et rapide. Chaque jour, je savais ce que j'avais à faire. Mes révisons débutaient vers 8h le matin, je faisais une pause pour le déjeuner et reprenais jusqu'à 18/19h environ. Le plus souvent une matière le matin et une autre l'après-midi. Le sport a été pour moi le moyen de décompresser. La Peste d'Albert Camus a été mon livre de chevet pendant cette période.
Ma famille m'a beaucoup entourée et soutenue car le stress était assez présent. J'ai également fais de nombreux sujets d'examens des années précédentes pour me préparer au mieux à ce bac. Une bouteille d'eau et un goûter m'accompagnaient à chaque épreuve. Concernant mon état d'esprit, j'ai essayé d'être la plus positive possible et je ne me suis pas mis la pression.

Si j'avais des conseils à donner aux futurs bacheliers, ce serait :
- Travailler toute l'année, de façon régulière ;
- Ne pas faire d'impasse ;
- Commencer à réviser assez tôt ;
- Prendre le bac blanc au sérieux.
Alexandre - baccalauréat professionnel « logistique »
Moyenne générale au baccalauréat : 17,32/20

Le plus simple pour appréhender sereinement les examens est d’avoir été attentif et investi durant toute l’année afin d’avoir assimilé un maximum de contenu et ainsi avoir un minimum de choses à réviser avant les épreuves.

Ensuite vient la période de révision quelques semaines avant les examens. Elles peuvent se dérouler avec les professeurs en travaillant sur des sujets des années précédentes ce qui permet de revoir l’ensemble du programme et revenir sur d’éventuelles incompréhensions du cours. Elles s’effectuent aussi chez soi. Il n’est pas nécessaire d’apprendre les cours par cœur car on prend le risque d’avoir des trous de mémoire le jour J alors que relire ses cours plusieurs fois et comprendre ce qu’on lit est bien plus bénéfique.

Il est inutile de s’écharner à réviser les deux derniers jours avant le début des épreuves. Il vaut mieux se détendre afin d’aborder les examens en pleine forme. Chacun trouvera sa propre occupation pour se détendre.

Le jour de l’épreuve tout est déjà joué donc il faut rester concentré, avoir confiance en soi et rester serein. Une fois le sujet entre les mains il faut bien prendre le temps de tout lire puis commencer le sujet en répondant bien à toutes les questions et ne pas laisser de questions sans réponse. Toute réponse peut mériter des points.
Cécilia - baccalauréat professionnel « maintenance des véhicules automobiles option voitures particulières »
Moyenne générale au baccalauréat : 17,90/20

Voici quelques conseils et méthodes pour préparer un baccalauréat professionnel en alternance. Cette liste est non exhaustive et peut ne pas convenir à tout le monde car chaque personne a sa propre méthode de travail et d’apprentissage.
Sachez qu’il n’y a pas de secret. Pour réussir toute épreuve, il faut travailler de manière régulière tout au long de l’année. Cela sous-entend : relire ses cours la veille avant d’aller à l’école, faire quelques exercices.
Cependant, je trouve qu’en alternance, il est plus difficile de travailler de manière régulière car nous avons peu de devoirs. Il faut donc s’autogérer et se planifier soi-même ses devoirs, ses révisions, tout au long de l’année.
De plus, après une journée de travail, nous n’avons pas forcément envie de revoir nos cours. Mais cela n’est pas une excuse, il faut se motiver !
Lorsque l’examen approche, à peu près un mois à l’avance, je me fais un programme de révisions. Il va me permettre de revoir tous les chapitres au cours de l’année et cibler mes points faibles, mes lacunes.
Cependant, il faut faire attention à ne se programmer des révisions impossibles à tenir, cela ne sert à rien. Il vaut mieux apprendre petit bout à petit bout.
Nous pouvons réviser de deux manières différentes suivant les matières.
Pour tout ce qui est mathématiques, physique, j’ai plus tendance à faire beaucoup d’exercices et de sujet de type bac alors que pour la prévention santé et environnement (PSE), l’économie-gestion, je me concentre plus sur les cours.
Il est important de faire au moins un sujet type bac de chaque matière afin de s’habituer à l’épreuve.
Lors des révisions, si vous avez l’impression de ne plus rien apprendre, il faut faire une pause afin de vous vider la tête. Vous pouvez par exemple faire du sport, jouer, vous reposer...
La veille de l’examen, je vous conseille de ne pas réviser car cela ne sert à rien et vous avez plus de risque de vous embrouiller. Faites ce qui vous plaît, détendez-vous et couchez-vous tôt.
Il faut voir le baccalauréat comme un diplôme qui valorise votre investissement, votre travail, et non pas comme une épreuve qui est là pour vous « démolir ».
Le jour de l’examen, il faut essayer d’être le plus détendu possible. Et su vous bloquez sur une question, ce n’est pas grave ! Passez à la suite et vous reviendrez dessus plus tard. Le but est d’essayer de répondre au plus de questions possible.
Marion - baccalauréat professionnel « commerce »
Moyenne générale au baccalauréat : 17,54/20

Le baccalauréat c’est du travail régulier toute l’année.
Pensez à faire des fiches de révisions à la fin de la première année ou si possible à la fin de chaque chapitre (apprendre à faire ses fiches). Pour la deuxième année faites vos fiches tout au cours de l’année car le bac arrive très rapidement. Ne lésiner surtout pas vos efforts concernant vos dossiers d’entreprise et soyez investis dans ce que vous entreprenez.
Il faut prendre chaque occasion comme moyens de progresser. Pour moi, le moyen d’être sure de ce que j’apprenais a été la méthode du « par cœur » plus de nombreux types baccalauréats. Prenez tout ce que vous entreprenez comme un challenge et non une obligation. Mettez-vous dans de bonnes conditions pour réviser (en silence, bureau, lit). N’hésitez pas à faire du sport ou écouter de la musique durant la semaine pour décompresser.
Réviser avec un collègue c’est bien, mais privilégier quelqu’un avec un niveau supérieur ou de même niveau (si possible se mettre à côté de lui en classe). Etudier uniquement avec une personne seulement après avoir appris le cours. Car apprendre seul est plus efficace qu’à plusieurs, réviser avec d’autre personne vient en complément. Trouver quelqu’un à qui réciter vos leçons si vous adopter en partie la méthode du « par cœur ». Il faut relire ses fiches à chaque révision.
Organiser votre planning en fonction des matières avec des cases que vous cocherez lorsque vous considérerez que vous avez finis cette matière (cela apporte un challenge car l’on souhaite finir de remplir toutes les cases). Grouper les matières où il est important d’apprendre le cours, et les autres où il est plus important de pratiquer. Pensez que les professeurs disposent de nombreux exercices pour vous entrainer et sont disponible pour vos questions. Le baccalauréat est un parcours de fond où il faut se créer sa propre méthode d’apprentissage ainsi qu’une routine (permettra de rendre « l’effort » comme un acte automatique et naturel).
Ce qui m’a le plus poussée à acquérir une vraie méthode d’apprentissage adaptée est la poursuite d’études. Se servir de ces deux années de formations où il est réellement possible de s’adapter et de s’habituer à un mode de révision en totale adéquation avec ses capacités et sa manière d’apprendre. Il faut se connaitre soi-même pour apprendre par soi-même. Essayez différentes méthodes pour étudier et ne pas s’arrêter sur les obstacles car c’est en les franchissant que l’on est plus fort. Il faut surtout écouter, se concentrer et participer en cours, cela fait réellement les ¾ de l’apprentissage.
Ne baissez pas les bras, tout le monde a les capacités de le faire et de réussir !!!
partager cette page
  • Imprimer
  • Agrandir

Les DSDEN

Cartographie des DSDEN de l'académie