Phase 2 du SNU : les missions d'intérêt général ont débuté dans le Rhône

Samedi 9 octobre 2021, les volontaires du Service national universel (SNU) 2021 étaient mobilisés pour la phase 2.

Au sein de la gendarmerie nationale de Lyon 2ème, 40 jeunes qui ont fait leur service national universel dans la région académique rejoignaient les rangs des Cadets de la Gendarmerie Nationale. Une journée de prise de fonction leur était dédiée.

30 jeunes des volontaires du SNU participaient également ce jour-là à la Journée départementale et métropolitaine des sapeurs-pompiers du Rhône. Aide au contrôle des pass sanitaires, accueil et accompagnement du public, soutien logistique, aide à l’animation de stand au profit de l’œuvre des pupilles des Sapeurs-Pompiers de France, participations aux cérémonies, les volontaires ont joué un rôle clé tout au long de cette journée.

La phase 2 : une mission d’intérêt général (MIG)

Après le séjour de cohésion, les appelés ont obligatoirement quinze jours de mission d’intérêt général (MIG) à effectuer près de chez eux, dans l'année qui suit le séjour de cohésion. Tous les domaines peuvent être abordés (santé, éducation, culture, sport, défense, solidarité, développement durable…)

Cette mission de 2 semaines consécutives peut être effectuée durant l'été ou au cours de l'année scolaire suivante (hors temps scolaire).

Les jeunes peuvent aussi choisir de fractionner leur mission tout au long de l’année mais doivent alors effectuer un total de 84 heures minimum.

Plusieurs types de missions sont possibles :

  • Mission perlée : les jeunes apportent régulièrement leur aide à une structure locale, association ou chargée de service au public, comme les clubs sportifs, les services de pompiers, les EPHAD, etc.
  • Mission ponctuelle : les jeunes participent à un projet d'intérêt général existant et ponctuel comme l'organisation d'événements culturels ou sportifs, des chantiers de restauration du patrimoine, etc.
  • Projet SNU : les jeunes participent à un nouveau projet qu’ils ont eux-mêmes fait émerger et mis sur pieds, permettant d'apporter un service substantiel à la société.
  • Projet collectif : les jeunes décident de poursuivre à plusieurs un projet autonome d'intérêt général, accompagnés par une structure d'intermédiation spécialisée, comme par exemple le Réseau national des juniors associations (RNJA), la Fédération des Maisons Des lycéens (FMDL), etc.

Cette mission d’intérêt général peut être effectuée auprès d’associations, de corps en uniforme (pompiers, gendarmes, etc.), de collectivités territoriales ou des services publics.