« Lutte contre l’Homophobie » au Lycée Aragon –Picasso

« Lutte contre l’Homophobie » au Lycée Aragon –Picasso

Au terme d’un travail mené tout au long de l’année par les élus du conseil des délégués pour la vie lycéenne (CVL) du lycée Aragon-Picasso sur le « vivre ensemble », mardi 15 juin 2021 se tenait un ciné-débat sur le thème de l’homophobie. Ce travail porté par les élus a permis aux élèves d’évoquer toutes les formes de discriminations. 

14 classes de secondes ont bénéficié d’une projection du court-métrage « PD » avec la présence du réalisateur Olivier Lallart. Derrière ce titre un peu provocateur, se cache en réalité un récit sensible et authentique. Il traite de l’homophobie en milieu scolaire et relate l'histoire d'un adolescent confronté au rejet au sein de son lycée.

Affiche du court métrage sur l'homophobie "PD"

Découvrir le court-métrage ici : https://www.youtube.com/watch?v=RRwH2SH19Ew

Ce film se veut pédagogique. "Il y a de plus en plus de représentation LGBT dans les médias, mais les violences augmentent, il est nécessaire de faire cette prévention", affirme le réalisateur. 

Le réalisateur explique qu’il a initié ce projet à l'occasion d'un atelier en milieu scolaire.  « Une fois, dans une cour de récré, j’ai entendu plusieurs fois le mot "pédé" lâché comme ça, pas forcément à vocation homophobique. Les jeunes le disaient entre eux, parfois quatre fois dans une phrase comme une petite vanne, mais sans se rendre compte qu’il y a peut-être à côté d’eux des gens qui sont vraiment homos et qui vont peut-être en souffrir. Ça m’a interpellé. J’ai l’impression qu’il y a 15 ans, on ne le disait pas autant. Ça a été le point de départ du film. »

Les retours sont en majeure partie positifs, louant un récit simple et sincère à travers des situations universelles.

Le CPE, Christophe Vandenbroocke, a veillé à installer un climat de respect et de confiance dans la salle de projection afin que tous les élèves puissent s’exprimer peu importe leur point de vue. 

Si quelques élèves se sont sentis gênés, chacun a été libre d’exprimer son point de vue. Une élève affirme : « On ne doit pas réduire quelqu’un à son orientation sexuelle ! » Un autre lycéen ajoute: « Il faut faire attention aux stéréotypes ! ». 

Plusieurs lycéens réclament que l’homophobie soit abordée dans les cours avec des références historiques comme le fait l’enseignant dans le court-métrage. 

Si la thématique est abordée plus facilement, les élèves qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle seront moins sujet au mal-être et victime de discriminations.

Tous les débats menés avec les classe de secondes ont été très riches et ont permis de déconstruire des préjugés pour rebâtir des fondations pour « le vivre ensemble ».