Les usines FAGOR

Ancien fleuron de l’industrie au cœur de l’histoire ouvrière lyonnaise, l’usine d’électroménager Fagor-Brandt, située dans le quartier de Gerland à Lyon, s’étendait sur un site de 4,5 hectares (110 000 m² dont 73 000 m² de bâtiments couverts), aujourd’hui partiellement en réhabilitation. Si, au début des années 1980, l’usine employait encore 1800 ouvriers, ils n’étaient plus qu’un peu moins de 400 dans les années 2000. La production a été progressivement délocalisée à partir de 2005 et l’usine a été revendue à SITL, puis à Cenntro Motors en 2010. Alors que s’entamait sa reconversion dans la production de voitures électriques, l’usine a périclité jusqu’à sa fermeture en 2015. Le site, actuellement en friche sur 29 000 m2, accueille désormais des événements culturels tels que les Nuits Sonores depuis 2017.

 

Les archives des usines FAGOR

Les enseignants peuvent imaginer un projet autour du patrimoine culturel et partir des données brutes fournies par l'inventaire général du patrimoine culturel sur le site de la DRAC
https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/usine-de-produits-chimiques-dite-societe-chimique-de-gerland-et-usine-de-materiel-electromenager-dite-confort-rationnel-par-l-electricite-puis-societe-generale-d-appareillage-electrique-actuellement-la-ciapem-fagor-brandt/45f0da14-a518-4dad-9c40-0346d1d521ee

Il est également possible d'imaginer, en résonnance avec la visite de l'exposition présentée aux Usines Fagor, un projet de pratique artistique questionnant la mémoire du patrimoine industriel. Un collectif de la région s'est penché sur la question. Il s'agit du Bureau en Friche : http://quoi-encore.com/bureau

Le Bureau propose de constituer, avant la disparition ou la reconversion d’une friche industrielle, une mémoire du site sous forme d’une collection de travaux artistiques inspirés par son ancienne activité et de ce qu’il en reste in situ. Le processus créatif s’inspire de méthodes archéologiques, tout en restant dans le champs des recherches artistiques personnelles des intervenants. 

 

article rédigé par Aurélie BLONDEL en 2019
Chargée de mission Arts plastiques pour la DAAC de Lyon en 2019

Mise à jour : mars 2022